Partager

Bachelor, BBA, Programme Grande École : Comment choisir ?

De La Rédaction, publié le 14/02/2019

Vous souhaitez vous orienter vers une école de commerce, mais voilà ! Dans les méandres des salons étudiants, tous vos interlocuteurs – sympathiques au demeurant – vous parlent une langue saugrenue, ponctuée de mots étranges tels que Bachelor, BBA, PGE, Master, etc. Que recouvrent exactement ces termes ? On vous éclaire pour vous permettre de faire votre choix en toute connaissance de cause.

SOMMAIRE 

  1. Le Programme Grande École serait la voie royale
  2. Le Bachelor est une alternative pour ceux qui préfèrent une formation courte et pratique 
  3. Et le BBA dans tout ça ? C’est une variante du Bachelor, en 4 ans 
  4. Le Grade de Master ou le Graal pour les recruteurs 

Le Programme Grande École serait la voie royale 

Ce cursus constitue en quelque sorte le coeur d’activité des écoles de commerce. Autrement dit, une école qui ne proposerait pas un PGE pourrait attiser les soupçons quant à son sérieux. Pourquoi et en quoi cela consiste-t-il ?

Avoir suivi un PGE est un sésame pour les recruteurs 

En France, le programme grande école (PGE) désigne en fait un programme de master (c’est-à-dire une formation de niveau Bac+5).

Celui-ci correspond à l’international à un Master of Science in Management (MSc), soit finalement la norme pour les recruteurs du monde entier.

Une reconnaissance internationale et bien sûr nationale incontestable

Autrement dit, suivre un tel programme vous assure la possibilité de trouver, si le coeur vous en dit, un travail à l’étranger car il est reconnu comme une équivalence au diplôme MSc.

Inversement, si le monde entier reconnaît la qualité d’une telle formation, alors vous imaginez bien quel succès le PGE remporte aux yeux des recruteurs français !

Déroulement du PGE 

En général, le PGE se déroule sur 3 ans (après 2 années de prépa). Les disciplines d’études sont nombreuses et doivent vous forger une culture solide.

En tant que formation généraliste, l’objet du PGE est de vous permettre d’acquérir les connaissances fondamentales en commerce et management.

Les matières enseignées sont généralement les suivantes : audit, marketing, ressources humaines, finance, commerce international, logistique, achat, etc.

1. Les stages en entreprise : un véritable atout de la formation 

Il prévoit en outre d’alterner les périodes de formation théorique et les périodes de stage en entreprise, afin que vous ayez une connaissance pratique du monde du travail.

Vous pouvez effectuer vos stages en France comme à l’étranger. Certaines écoles proposent également cette formation en alternance ou dans le cadre de l’apprentissage.

2. Une dimension internationale qui rend votre profil attractif

Bien entendu, l’intérêt des études longues doit tout de même consister aussi en la possibilité de partir à l’étranger. On pense tous au film L’Auberge Espagnole de Klapisch, et on se voit bien profiter d’une telle opportunité dans le cadre des études.

C’est tout l’intérêt de l’année de césure du PGE qui prévoit que chaque étudiant réalise un séjour d’études hors-les-murs.

3. Vous pouvez prétendre à des postes à très haute responsabilité (high management)

Là, vous pouvez laisser libre court à vos rêves les plus fous car effectivement, les postes auxquels vous pouvez prétendre sont très attrayants :

  • Brand manager.
  • Business analyst.
  • Acheteur international.
  • Responsable marketing.

En revanche, intégrer un PGE nécessite de réussir un concours ! 

Et oui ! Pour profiter d’une formation aussi enrichissante il faut cependant passer par la voie du concours et donc vous soumettre aux Fourches Caudines de la sélectivité à la française.

Autre détail non négligeable : il s’agit généralement de concours réservés aux candidats issus des classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) ou recrutés en admissions parallèles (c’est-à-dire qui possèdent déjà un niveau Bac+2 à Bac+4).

Autrement dit, si vous êtes un(e) jeune bachelier(e), ça se complique !

Si vous souhaitez vous préparer aux concours, n’hésitez pas à échanger avec les Mentors de Goodstudies qui les ont réussis et qui sont disponibles pour vous coacher ! Ils sont passés par là et vous donnent leurs clés de succès.

Le Bachelor est une alternative pour ceux qui préfèrent une formation courte et pratique 

En effet, les étudiants sont de moins en moins tentés par les classes préparatoires et s’intéressent massivement aux programmes en 3 ans, intégrables post-bac.

Le Bachelor vous épargne la prépa

D’où son incontestable attrait, il faut le reconnaître. En effet, vous êtes de plus en plus nombreux à ne plus vouloir subir la pression et la concurrence impitoyable qu’imposent les CPGE.

Il faut l’admettre, il est plus facile de s’épargner la prépa – un modèle français très particulier et sélectif et qui ne convient pas à la majorité des caractères !

D’ailleurs, c’est l’occasion de dire tout haut : il n’y a aucune honte à ne pas vouloir faire de prépa. Aujourd’hui heureusement, il existe des alternatives, plus adaptées à la diversité des profils des bacheliers.

Les écoles de commerce l’ont compris 

Les étudiants n’ont plus envie de faire de longues études, ils veulent entrer rapidement sur le marché du travail et il faut encourager cet engouement !

Du coup sur les dix dernières années, les écoles de commerce ont chacune développé un tel programme en mimant ce qui se fait dans le système scolaire anglo-saxon.

Autre fait remarquable : les écoles d’ingénieurs s’y mettent aussi. Seule HEC, la 1e école de commerce de France, n’a pas cédé à la tentation.

Les atouts du Bachelor 

La prolifération des programmes de courte durée s’explique par les attentes nouvelles des étudiants. En effet, la plupart d’entre eux recherche :

  • Un enseignement pratique.
  • Avec des disciplines nouvelles et concrètes.
  • La possibilité d’explorer le monde de l’entreprise.
  • L’obtention d’un diplôme au bout de 3 ans.
  • Une formation 100 % tournée vers l’international.
  • La possibilité de suivre un double-diplôme avec des universités étrangères.

La mobilité professionnelle devient la règle d’or ! 

Ce raisonnement rappelle une tendance de fond que l’on peut observer depuis déjà plusieurs dizaines d’années : les nouvelles générations ont conscience qu’elles occuperont plusieurs postes, que parfois elles exerceront plusieurs métiers et que quoi qu’il en soit la mobilité professionnelle devient même une exigence et un atout !

Autrement dit : on réduit la durée de la formation initiale car on sait d’avance qu’il est probable qu’on ait de nouveau à se former plus tard !

D’ailleurs si vous êtes curieux de connaitre leurs motivations ou leurs impressions et ambitions, parlez avec des étudiants actuellement en Bachelor ici ! Ils vous feront un retour d’expérience qui vous permettra d’y voir plus clair.

Le Bachelor vous ouvre les portes de postes de Middle management

Et oui, il fallait s’y attendre. Vous n’avez pas la même intensité de formation qu’un étudiant en PGE, consécutivement les postes auxquels vous pouvez prétendre seront certes toujours intéressants, mais pour obtenir de hautes responsabilités, vous aurez à gravir les échelons les uns après les autres.

Vous pouvez ainsi prétendre à la sortie de l’école aux métiers suivants par exemple :

  • Chef de produit.
  • Chef de projet.
  • Acheteur junior.

Et après le Bachelor ? 

Entrer sur le marché du travail 

Et bien certains se jetteront à corps perdu dans la recherche d’un travail (entre 30 et 60 % selon les écoles), et valoriseront leur diplôme.

Généralement, ils ne rencontrent aucune difficulté pour s’insérer. D’ailleurs, la moitié d’entre eux décroche un contrat de travail avant même d’avoir soutenu leur mémoire.

Poursuivre vos études

D’autres – et c’est d’ailleurs la majorité des cas (70 %), ce qui laisse de quoi s’interroger tout de même sur la logique étudiante – décident de poursuivre leurs études…

En effet, rappelons que la formation de Bachelor est extrêmement généraliste et a surtout pour but de maîtriser des langues étrangères et d’acquérir les bases de la gestion et du management (communication, marketing, finance, RH…).

Ainsi, ils peuvent vouloir continuer consolider leurs connaissances et se spécialiser en rejoignant :

  • un master.
  • un programme dans une université à l’étranger.
  • ou un programme grande école (PGE) lorsque l’école de commerce propose une telle passerelle.

Et le BBA dans tout ça ? C’est une variante du Bachelor mais en 4 ans 

Le BBA est l’acronyme de Bachelor of Business Administration, issu du modèles états-unien. Il est accessible après le Bac et est fortement axé vers l’international.

Tandis que le Bachelor est un programme sur 3 ans post-bac, le BBA propose un cursus de 4 ans. Après l’obtention de votre diplôme, vous pouvez choisir directement de trouver un emploi ou de poursuivre par un Master.

Autrement dit, le Bachelor ouvre les portes vers un diplôme de niveau Bac+4, tandis que le BBA permet de ne réaliser qu’une seule année de Master pour obtenir un diplôme de niveau Bac+5.

Dans ce cas, la 5e année de formation vous permet de suivre un master spécialisé, soit dans votre école d’origine soit dans une université partenaire à l’international.

Le Grade de master 

Une reconnaissance des recruteurs

C’est le plus haut label français reconnu de niveau Bac+5, délivré par le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

Le PGE est un programme de Grade de master en 5 ans.

Avec un Grade de master en poche, quasiment 100 % des étudiants diplômés trouvent leur premier emploi 3 à 6 mois après leur sortie d’école, aussi bien en France qu’à l’étranger.

Ceux qui le souhaitent peuvent poursuivre par un Doctorat.

Un salaire à la hauteur de la reconnaissance

Les entreprises appliquent une grille de salaires différentes selon le niveau de votre diplôme. Bien évidemment le Grade de master en sort gagnant, et de loin.

Vous trouverez des étudiants en PGE à qui parler sur GoodStudies.fr. N’hésitez pas à leur demander de vous coacher pour les concours.