Partager

Informatique : quel métier choisir ?

De La Rédaction, publié le 06/02/2018

Plus qu’un secteur prometteur, le secteur de l’informatique est un des secteurs d’avenir par excellence. Les opportunités qu’il offre sont nombreuses et les métiers auxquelles il mène d’une grande diversité. Les employeurs abondent sur ce marché très dynamique et le nombre de diplômés est largement inférieur aux besoins de recrutement des entreprises. Zoom sur quelques métiers représentatifs du secteur.

Les métiers de l’informatique : la liste

Le marché connaît un développement exponentiel, les raisons qui en font un marché attractif sont multiples.

1. Un besoin de recrutement connu de chaque entreprise 

Chaque entreprise – et à chaque stade de maturité – rencontre un besoin de recrutement en matière informatique et web, qu’il s’agisse d’une usine, d’une banque ou d’une administration, car l’informatique irrigue tous les aspects de la vie de l’entreprise.

Les questions de protection des données, de maintenance des systèmes d’information, de développement et d’intégration de logiciels, ou encore de création de sites internet deviennent en effet l’affaire de tous. Les besoins en informaticiens sont donc nombreux.

Un secteur qui cherche 54 000 diplômés !

Ainsi d’après une étude de l’APEC, le secteur est en 2017 le 1er créateur d’emplois de cadres, avec potentiellement 54 000 cadres susceptibles d’être recrutés. Un quart de ces recrutements concernerait les jeunes diplômés.

Les premiers recruteurs de cette branche sont les entreprises de services du numérique (ESN). Ex-SSII, ces boîtes qui s’agrandissent et se multiplient à la faveur du contexte d’explosion du marché, détiennent à elles seules 80% des postes disponibles.

2. Une incroyable variété de métiers

D’autant que les métiers de l’informatique et du web sont variés. Un professionnel dans ce secteur peut avoir des fonctions bien différentes selon les besoins de son entreprise.

Ainsi, il peut  concevoir des outils, des logiciels, des programmes et des applications pour Internet, les diffuser, les installer et en assurer la maintenance, ou encore être chargé de piloter un projet relatif aux systèmes d’information de sa boîte.

Il s’agit d’abord d’un secteur non encore mature mais qui connaît à un développement exponentiel

Consécutivement, de nouveaux métiers apparaissent en permanence (webdesigner, infographiste, bionaute etc.) à mesure que la technologie se développe. En effet, comme les innovations en la matière se complexifient, des exigences de compétences nouvelles naissent. Par exemple, dans le domaine multimédia ou le e-commerce. 

3. Une capacité de choix appréciable, sous réserve de parfaire continument ses compétences

Enfin comme tout segment de marché en plein boom, le turnover est monnaie courante. Du fait de la multiplication des besoins côté employeur et de la diversification des métiers côté diplômés, ces derniers se trouvent en effet dans une position favorable face aux diverses offres d’emploi.

Ils ont donc le luxe – rare dans le monde du travail – de pouvoir sélectionner le profil de poste qui leur conviennent  ou de passer d’un poste à un autre très rapidement.

La condition : vous tenir à la page !

Seule condition – mais pas des moindres – le candidat doit absolument avoir fait l’effort d’actualiser en permanence ses compétences techniques, car le critère discriminant par excellence du recrutement dans ce domaine changeant est bien l’acuité et l’actualité des connaissances.

Autrement dit, pour évoluer dans ce secteur, il faut sans arrêt se former et être à l’affut des nouveautés technologiques, techniques et numériques, de manière à ne pas être laissé sur le carreau de l’évolution.

Les types de métiers

Il y a donc de la place pour tous les profils et toutes les compétences. Et chacun peut y trouver son compte sous réserve qu’il ait déterminé préalablement le profil de poste qui lui convient, car entre concevoir et développer, gérer et piloter, installer, dépanner et sécuriser, tout un panel complet de métiers existe. A vous de choisir !

Zoom sur les métiers de ce secteur innovant.

Les métiers de conception et de développement

La première forme de métiers qui vient à l’esprit naturellement dans ce secteur concerne les métiers de conception et développement d’outils informatiques.

1. Le développeur ou analyste-programmeur

Description du poste

La finalité de son travail est de répondre aux besoins de l’entreprise en concevant un système informatique en mesure de l’accompagner dans l’évolution de ses activités. Ainsi sur la base d’un cahier des charges préalablement défini, cet informaticien met au point et améliore les systèmes et applications de l’entreprise, réalise des logiciels et adapte des programmes informatiques.

Dans ce cadre, il conçoit des lignes de codes qui traduisent la demande du client en langage informatique. Une fois le produit techniquement conçu, le développeur réalise des tests d’essai, rédige les notices d’installation et les guides utilisateurs. Par la suite, il peut également assurer la maintenance logicielle et l’assistance technique.

Métiers proches :

  • Concepteur Web,
  • Développeur Web,
  • Webdesigner,
  • développeur front end,
  • développeur back end.

Compétences attendues

Pour assurer sa mission, le développeur doit avoir une maitrise éprouvée des différents langages de programmation ainsi que de l’anglais. Il doit démontrer une capacité d’adaptation et un sens de l’écoute certains. Enfin en plus d’un travail en équipe, il doit fournir précision et rigueur.

Niveau de diplôme requis

Bien que les recruteurs favorisent les diplômés de niveau Bac+5 tels que ceux détenant un Master universitaire en informatique ou ceux issus d’une école d’ingénieurs ou d’une école spécialisée, les titulaires d’un BTS ou d’un DUT en informatique (Bac+2) peuvent également prétendre à ce métier.

Débouchés

Les opportunités d’emploi les plus nombreuses pour les développeurs se trouvent chez les entreprises de services du numérique (ESN) et les éditeurs de logiciels. Ils sont alors chargés de missions ponctuelles dans les entreprises clientes de l’ex-SSII, l’offre consistant généralement en du conseil en organisation et logiciels.

Il s’agit peut-être des employeurs les plus exigeants du fait de leur nature même. En conséquence, les ESN recherchent principalement des profils très qualifiés et formés aux dernières avancées technologiques. Les diplômés d’écoles d’ingénieurs ou d’IUT constituent donc leur terrain de recrutement privilégié.

Il existe également des offres d’emploi dans les grandes entreprises, en particulier en Ile-de-France.

Evolution professionnelle

Le plus souvent, l’analyste-programmeur se destine – une fois son expérience confirmée – à un poste de chef de projet informatique. Il peut également s’orienter vers le multimédia.

Salaire

La rémunération du développeur est fonction de son diplôme, de son expérience, du projet qu’il conçoit et de son employeur.  Elle varie de 30 000€ à 55 000€ bruts annuels.

3. L’administrateur systèmes et réseaux

Description du poste

Souvent rattaché au directeur des systèmes d’information, l’administrateur systèmes et réseaux est chargé de mettre en œuvre et/ou d’assurer le bon fonctionnement technique du système informatique. Il travaille étroitement avec un architecte de réseaux pour la création du réseau informatique de son entreprise. Son rôle est d’installer et paramétrer ce réseau, et de garantir le fonctionnement des équipements liés au système d’information.

Comme il est chargé de garantir aux utilisateurs un accès rapide et sécurisé, il gère les autorisations d’accès et veille en permanence à la sécurité et à la sauvegarde des données contenues sur le réseau. Il pare et répare les défaillances techniques et s’assure du bon fonctionnement et du renouvellement du parc et des matériels le cas échéant.

Compétences attendues

Autrement dit, l’administrateur systèmes et réseaux se voit attribuer une multitude de missions complémentaires qui exigent de lui une grande technicité de même qu’une grande polyvalence. L’étendue de ses fonctions varie selon la taille de l’entreprise dans laquelle il exerce. Il peut également intervenir au sein d’une entreprise en tant que consultant extérieur.

Sa disponibilité est un critère important lors de son recrutement, car compte tenu de la nature de ses missions il est souvent amené à assurer des astreintes les soirs et les week-ends. De même s’il travaille en autonomie, il doit néanmoins disposer de qualités de communication et d’une grande réactivité. Sa capacité à résoudre les problèmes et les situations critiques est généralement scrutée de près.

Niveau de diplôme requis 

Les formations possibles sont multiples et il est possible de devenir administrateur systèmes et réseaux avec une diplôme de niveau Bac+2 à Bac+5. Par exemple, il est parfaitement possible d’être chargé d’un réseau local au sein d’une petite entreprise avec un DUT ou un BTS informatique. En revanche, pour intégrer une grande entreprise il est préférable soit de témoigner d’une expérience confirmée, soit d’être titulaire d’un diplôme d’ingénieur en informatique.

Une spécialisation en IT (Business Intelligence, Information System and Cloud Engineering, Software Engineering, Sécurité des SI, Network and Virtualisation) est particulièrement opportune. Enfin, les employeurs sont sensibles à l’expérience des candidats, aussi les formations en alternance ou les stages longs constituent de sérieux atouts.

Les débouchés

L’administrateur réseaux et systèmes a sa place dans tous les secteurs d’activités (financier, hospitalier, industriel, commercial etc.) et dans toutes les structures (entreprises, administrations, ESN etc.).

Évolution professionnelle

Avec de l’expérience, un administrateur systèmes et réseaux peut évoluer vers le métier d’architecte réseau, de responsable informatique ou directeur technique. Il peut également développer une expertise dans un domaine précis, tel que le stockage de données ou la sécurité.

Salaire

En début de carrière, l’administrateur réseaux et systèmes perçoit 33 000€ à 45 000€ bruts par an ; une rémunération qui peut aller jusqu’à 60 000€ lorsqu’il a acquis davantage d’expérience.

Les métiers de gestion et de pilotage

4. L’architecte de réseaux

Description du poste

Spécialisé en informatique et télécommunications, l’architecte réseau adresse ses services aux entreprises souhaitant mettre en œuvre un réseau de communication interne et/ou externe (réseau téléphonique, intranet, solution logicielle, base de données et sécurisation etc.).

En tant qu’employé de l’entreprise ou conseiller au sein d’une ESN, il fait l’étude des réseaux et des télécoms de l’entreprise demandeuse, en dresse le bilan technique et analyse ses besoins et attentes. Il travaille le plus souvent avec des experts techniques et des prestataires qui participent à la mise en place du nouveau système d’information.

Dans sa conception de solutions adaptées, il tient compte des contraintes techniques

Notamment de la performance souhaitée ainsi que de la capacité du système de télécoms en place à héberger telle ou telle solution. Il respecte en outre les conditions économiques fixées par l’ordonnateur et calibre en conséquence la taille du projet. Enfin il élabore un réseau adapté, gère sa mise en œuvre technique et son déploiement au sein de l’entreprise. Il en assure ou supervise l’installation par des techniciens.

Métiers proches :

  • urbaniste des systèmes d’information (SI),
  • consultant en technologie de l’information (IT),
  • administrateur systèmes et réseaux

Compétences attendues

Détenant une parfaite maitrise du matériel technique et des applications informatiques, l’architecte réseaux témoigne de compétences solides en matière de systèmes d’information et télécommunications. Son esprit d’analyse et sa force de proposition garantissent l’avancée du projet, et ses capacités d’adaptation sont un atout indispensable à son succès. Enfin, sa vision globale des projets rend son expertise technique pertinente.

Niveau de diplôme requis

Les titulaires d’un diplôme d’ingénieur informatique, et en particulier ceux qui ont validé une spécialisation en télécommunications, sont particulièrement recherchés. Egalement prisés sont les masters « réseaux et télécoms » et les spécialisations en sécurité des systèmes et infrastructures.  Enfin, une expérience en tant que chef de projet est un plus.

Les débouchés

Le plus souvent, les architectes de réseaux sont affiliés à une ESN. D’autres employeurs sont particulièrement en recherche de ce genre de profils, en particulier les sociétés industrielles ou de service.

Évolution professionnelle

Après quelques années d’expérience, l’architecte réseaux peut être amené à diriger une équipe en directeur réseaux. Il peut également devenir consultant pour son propre compte.

Salaire

En début de carrière, sa rémunération brute annuelle peut s’échelonner de 28 000€ à 34 000€. En tant que confirmé, il peut ensuite prétendre à près de 42 000€  annuels de salaire.

5. Le Chef de projet informatique

Description du poste

Le plus souvent sous l’autorité d’un directeur du système d’information (DSI), le chef de projet informatique a pour mission de piloter un projet pour le compte du demandeur, de sa conception (cahier des charges) à sa livraison (programme, logiciel, etc.). Une fois qu’il a défini les besoins, il rédige le cahier des charges qui précise les spécifications fonctionnelles et techniques attendues, le temps nécessaire à la réalisation du projet, le budget correspondant, et les membres de l’équipe projet.

Il coordonne les différents intervenants (techniciens, ingénieurs, utilisateurs du produit etc.) et leur confie leurs missions respectives. En tant que garant de l’avancée du projet, il impulse le tempo de travail et anticipe les risques ainsi que les coûts potentiels. Son objectif est de parvenir à la phase de mise en production dans le temps et le budget impartis. Sa mission prend fin lorsque les livrables produits répondent aux besoins définis par le client. Il peut être aussi a menéà gérer ses améliorations.

Compétences attendues

Outre de solides compétences techniques, une appétence forte pour la gestion de projet et la résolution de problèmes est requise dans la mesure où le poste exige de grandes qualités managériales et de leadership. En tant que chef d’orchestre, le chef de projet informatique doit savoir organiser le travail et faire montre de capacités d’adaptation.

La réactivité autant que la capacité d’analyse et de synthèse sont des critères de recrutement importants. Surtout, le chef de projet informatique doit avoir le sens du service rendu et de la satisfaction client, et dans cette mesure être attentif aux délais et au budget, de même qu’il doit se montrer flexible et anticiper.

Niveau de diplôme requis

Ce type de poste exige le plus souvent de justifier de plusieurs années d’expérience dans le domaine du développement et/ou du conseil. Autrement dit, il est nécessaire de détenir des compétences techniques opérationnelles. Aussi est-il courant que les chefs de projet informatique soient :

  1. de profil ingénieur informatique (EPITA, EFREI, ESAIP etc.)
  2. ou titulaires d’un diplôme de niveau Bac+4 ou Bac+5 dans une filière informatique (master « projets informatiques et stratégie d’entreprise » à l’université Paris-Diderot, master « métiers informatique et maîtrise d’ouvrage » à l’université Panthéon-Sorbonne ; master « conduite de projets informatiques » à l’université Vincennes-Saint-Denis…)..

Un cursus orienté pilotage de projet est un véritable plus. Il existe en outre des formations en alternance permettant une mise en pratique immédiate des enseignements techniques et des compétences opérationnelles.

Débouchés

Incontournables dans les ESN, les chefs de projet sont également très prisés dans les entreprises consommatrices et utilisatrices de SI, issues du secteur bancaire, de la grande distribution, de l’industrie, des télécommunications, etc.

Évolution professionnelle

Deux évolutions peuvent être envisageables : l’une technique, le chef de projet développant son expertise en s’orientant vers le conseil aux entreprises ; l’autre fonctionnelle, le chef de projet évoluant vers des responsabilités plus managériales de directeur de projets ou de directeur des systèmes d’information. Il arrive également que les chefs de projet favorisent la fonction commerciale et évoluent vers des profils d’ingénieurs d’affaires.

Salaire

A ses débuts, un chef de projet informatique perçoit entre 2 500€ et 3 000€ bruts mensuels. Au-delà de 3 ans d’expérience, il peut prétendre à une rémunération allant de 40 000€ à 45 000 € bruts par an.

Les métiers d’assistance et de sécurité

6. Le technicien d’assistance en informatique

Description du poste

Le technicien d’assistance en informatique joue un rôle clé au sein des organisations des entreprises et administrateurs, dans la mesure où il est chargé :

  1. d’une part de l’installation, de la mise en service et de la mise à jour des équipements, matériels et applicatifs (ordinateur, logiciel, périphérique, téléphone),
  2. et d’autre part, de la gestion des problèmes techniques (bugs informatiques, virus etc.). Il assure le dépannage des utilisateurs, une fois le diagnostic fait. Enfin, il participe à l’intégration complète du réseau ainsi qu’à la maintenance du parc informatique.

Compétences attendues

Compte tenu des exigences du poste, il a des connaissances approfondies en informatique et assure une veille des matériels, dont il anticipe les évolutions. A l’écoute des utilisateurs, il analyse leurs besoins en termes de bureautique et d’informatique et y pourvoit autant que possible. Patient et à l’écoute, il a le sens du service et travail avec méthode.

Niveau de diplôme requis

Un certains nombre de formations conduisent à ce métier, à commencer par le Bac Professionnel systèmes numériques, le BTS systèmes électriques, informatique et maintenance des systèmes, le DUT Génie électrique et informatique industrielle (GEII), ou encore le Bac Pro micro-informatique et réseaux.

Les débouchés

Toutes les entreprises – et ce, dans tous les secteurs d’activités – sont désormais équipées de solutions informatiques, ce qui rend les opportunités extrêmement nombreuses.

Évolution professionnelle

Le technicien d’assistance en informatique évolue assez naturellement vers des postes soit de responsable d’un parc informatique dans une entreprise, soit de responsable du service après-vente dans un magasin d’informatique. Il peut également se spécialiser, par exemple dans la sécurité du système d’information et du réseau.

Le salaire

En moyenne, la rémunération d’un technicien d’assistance informatique s’élève à 25 000€ bruts annuels.

7. Le consultant spécialisé en sécurité des réseaux et systèmes

Description du poste

Sa vocation essentielle est d’assurer la protection du système d’information d’une entreprise. Il s’agit d’une protection contre les virus informatiques, les pannes, mais également contre les piratages voire l’espionnage économique.

L’objet de sa surveillance étroite est d’abord la base de données, dont il doit garantir la protection en termes d’utilisation, d’archivage et de stockage. A ce titre, il travaille à rendre ces informations inviolables, ou du moins à parer à toute éventualité de pénétration non autorisée du réseau en établissant des remparts hermétiques aux éventuels agressions extérieures. Il réalise ainsi des audits et des tests d’intrusion.

Plus généralement, il est responsable de la stabilité et du bon fonctionnement du système informatique. Il doit donc anticiper les défaillances des applications et participer activement à la détermination de la politique de sécurité de l’entreprise. Il est en veille continue concernant les nouvelles menaces informatiques émergentes et travaille en lien étroit avec les éditeurs de logiciels de sécurité.

Compétences attendues

Sa vision globale et sa veille permanente lui permettent d’étendre et d’affiner ses connaissances en matière informatique, de réseaux et de télécommunications. Il a le sens de l’écoute et fait preuve d’une grande réactivité. Particulièrement soucieux de protéger la confidentialité des données et d’assurer une sécurité maximum, il manage et communique intensivement et efficacement à l’attention de tous les acteurs de l’entreprise.

Niveau de formation requis

Une expérience professionnelle préalable est souvent nécessaire pour accéder à ce métier exigeant. Pourtant, certaines ESN ou des entreprises de conseil peuvent être amenées à recruter des jeunes ingénieurs ou des titulaires d’un Bac+5 mention sécurité des systèmes d’information, dans l’objectif de les former.

Les débouchés

La question de la sécurité des données devient omniprésente, à mesure que les entreprises s’équipent de solutions technologiques et informatiques de toute sorte pour optimiser leur fonctionnement interne et externe. Dans ce contexte, les débouchés dans ce domaine sont légions et les sociétés sont massivement prêtes à investir pour assurer leur protection. En conséquence, il est rare que les diplômés spécifiquement formés dans ce domaine ne trouvent pas d’emploi.

Évolution professionnelle

Un consultant spécialisé en sécurité des réseaux et système peut par la suite évoluer vers les métiers de directeur de projet informatique, ou de responsable télécom dans une grande entreprise ou une administration. Il peut également travailler à son compte ou obtenir le poste de chef d’équipe dans une ESN.

Salaire

En début de carrière, un consultant spécialisé en sécurité des réseaux et systèmes perçoit entre 2 800€ et 3 500€ bruts mensuels. S’il est expérimenté, ses prétentions peuvent s’élever jusqu’à 43 000€ annuels.