Partager

L’orientation Parcours sup : les voeux, la fiche Avenir et les attendus

De La Rédaction, publié le 07/02/2018

Difficile de s’y retrouver  quand on découvre ce qu’est un voeu, un fiche avenir ou un attendu. Vous n’avez rien compris ? Rassurez-vous, vous n’êtes pas seul. Comment ça marche ? on vous dit tout.

Les vœux multiples : explications

A la différence de son prédécesseur, le système actuel réduit le nombre de vœux possibles à 10 maximums.

Vœu multiple : Définition et exemples

Toutefois, il distingue entre vœu simple et vœu multiple. Le vœu est dit « multiple » lorsque la formation  souhaitée – et plus précisément le type, la spécialité ou la mention qui motive le vœu – est proposée dans plusieurs établissements à l’échelle nationale ou académique.

Ainsi pour exprimer sont souhait d’intégrer une spécialité de BTS ou de DUT, le candidat formule un vœu multiple et notifie jusqu’à 10 établissements proposant cette même spécialité. Ces 10 établissements qu’il recense sont ses 10 sous-vœux.

Comptez jusqu’à 10

De même, si le candidat veut intégrer une voie de CPGE (vœu multiple), il peut choisir jusqu’à 10 établissements proposant une même voie (10 sous-vœux).

Sont également concernées certaines formations de licences ou de PACES (hors PACES Ile-de-France), qui peuvent également être regroupées par mention à l’échelle de la région académique. 

Intérêts du nouveau système de vœux

Ce système permet au candidat qui vise une filière particulièrement demandée (santé, droit, sport, etc.) ou une filière sélective (classe préparatoire, BTS, etc.) de n’émettre qu’un seul vœu sur les 10 autorisés et jusqu’à 10 sous-vœux par souhait multiple, dans la limite de 20 sous-vœux au total.

En outre, les vœux n’ont plus à être hiérarchisés, l’algorithme utilisé précédemment n’étant plus de rigueur. Cela signifie entre autres que le candidat recevra une réponse (négative, en attente, positive ou conditionnelle) pour chacun de ses vœux.

Comment et par qui sont départagés les souhaits ?

Dans l’hypothèse où plusieurs réponses sont positives, le candidat devra déterminer dans un délai précis (qui se raccourcira au progressivement) laquelle de ces formations il favorise et garde, les propositions non retenues ne lui étant alors définitivement plus accessibles.

Ce mécanisme se répétera au fur et à mesure que de nouvelles réponses positives lui arrivent, l’objectif étant de permettre de libérer rapidement les places auxquelles le candidat aura renoncé pour d’autres candidats. 

Attention néanmoins : si le candidat aura à partir du 22 mai une semaine entière pour se décider, il n’aura plus que trois jours à partir du 26 juin, puis vingt-quatre heures à partir du 21 août. 

À LIRE AUSSI : et si vous faisiez une année de césure avant de vous lancer dans le grand bain ?

La fiche avenir

La fiche Avenir, issue de la réforme de l’entrée à l’université dite « Plan étudiants » et présentée en octobre 2017, devient un outil majeur dans la procédure Parcours sup.

Qui est concerné ?

Elle concerne l’ensemble des élèves de Terminale et fait état des aptitudes propres et de la capacité du lycéen à réussir ou non dans les formations auxquelles il a postulé. Cette fiche tient lieu de fiche navette entre les lycées et les établissements d’enseignement supérieur, les premiers permettant aux seconds d’être à même de prendre leur décision.

Une fiche Avenir doit être constituée pour chaque vœu des candidats. Elle est saisie sur la plateforme par l’équipe pédagogique (enseignants, professeurs principaux, chef d’établissement, etc.), une fois que l’élève a saisi ses vœux d’orientation. Pour cela, l’équipe se réunit notamment lors des conseils de classe.

Que doit-elle contenir ?

Elle se compose :

  1. des moyennes du premier semestre dans chaque matière, comparées à la moyenne et à l’effectif de la classe,
  2. de l’appréciation de chaque professeur sur les résultats, les acquis et compétences de l’élève dans sa discipline,
  3. d’un rapport des professeurs principaux quant au profil de l’élève (son comportement, son investissement dans le travail, son autonomie, etc.),
  4. d’un avis du chef d’établissement sur la capacité de l’élève à réussir dans les formations pour lesquelles il a candidaté.

Quel calendrier ?

L’équipe pédagogique à jusqu’au 31 mars pour saisir toutes les fiches pédagogiques.

Parallèlement, l’élève sera tenu pour chaque vœu de construire son projet de formation et de rédiger une lettre de motivation.

A partir du 4 avril, chaque fiche avenir est transmise via la plateforme aux différents établissements d’enseignement supérieur. Les élèves ne pourront cependant pas accéder aux appréciations des professeurs avant le 22 mai.

Pourquoi il est important de se faire coacher (et bien coacher) ?

Si la plateforme proposée cette année est plus ergonomique, l’exercice en lui-même exige néanmoins un effort de projection et de construction de projet de la part des candidats.

L’info disponible ne suffit pas, encore faut-il savoir s’auto-évaluer et avoir un projet

En effet, un certain nombre d’informations sont certes disponibles pour éclairer leurs choix : dates des journées portes ouvertes, coordonnées des responsables pédagogiques des établissements d’enseignement supérieur, description des contenus et de l’organisation des enseignements, taux de réussite, débouchés, attendus des formations et éléments pris en compte lors de l’examen des candidatures, etc.

Mais cela suppose d’abord que les candidats aient déjà conscience de leurs compétences et aptitudes et des éléments de leur parcours qu’il faut mettre en avant pour justifier de l’adéquation de leur profil à leur projet. Autrement dit, ils doivent évaluer leurs chances de réussite et d’insertion professionnelle et s’assurer de la pertinence de leurs choix d’orientation.

Au-delà, cette démarche nécessite avant tout que les candidats aient une idée de leur orientation. En effet, comment et à partir de quoi l’élève pourra-t-il rédiger un projet de formation motivé, s’il n’a pas de vision claire de ce qu’il souhaite faire ?

La solution pour connaitre ses forces et affiner son projet : l’échange avec des professionnels

Si le ministère de l’enseignement supérieur propose des « tests d’autopositionnement », bien d’autres outils et aides existent pour leur permettre de se décider et de formuler leurs vœux, à commencer par l’accompagnement personnalisé via un coach.

L’exemple GoodStudies :

Proposer un coaching en ligne élève/prof

GoodStudies, créée en 2018, est une plateforme de mise en relation. La société permet ainsi à des élèves, apprentis, étudiants en réorientation ou encore actifs en reconversion de prendre directement contact avec les professionnels les plus à même de répondre à leurs questions d’orientation, à savoir les professeurs de l’enseignement supérieur.

En effet, non seulement ces derniers sont en mesure d’informer les candidats sur les attendus, les contenus et les débouchés des différentes formations proposées par leur établissement ; mais encore, du fait de leur expérience professionnelle, ils réalisent une étude personnalisée du parcours, des savoirs-faire et savoirs-être du candidat dans le cadre d’un coaching en ligne de vingt minutes, à l’issue duquel ils l’informent sur l’adéquation ou non de son profil et de sa motivation à la formation initialement souhaitée.

Faire gagner un temps précieux à l’élève en quête de réponses à ses questions

Autrement dit, GoodStudies permet au candidat de préciser ses choix et de gagner du temps en ne s’engageant pas sur des voies et en ne formulant pas de vœux qui ne lui correspondraient finalement pas. GoodStudies est enfin un outil permettant au candidat d’être rassuré et conforté dans certains de ses choix, dans la mesure où l’échange avec les professionnels apportent des réponses concrètes et personnalisées.

Les coachings particuliers en visioconférence et/ou messagerie instantanée sont utiles aussi bien en amont de la procédure Parcoursup, au moment de la procédure complémentaire, ou même tout au long de la vie professionnelle.

Les attendus : un véritable apprentissage !

Se faire coacher est d’autant plus utile que les formations universitaires sont particulièrement attentives – lors de l’examen des candidatures – à l’adéquation du profil et des compétences des candidats avec les attendus de leur établissement et de leur filière.

Plus qu’une exigence de principe, les compétences et aptitudes souhaitées deviennent d’ailleurs un véritable critère de sélection qui permet de départager les candidats entre eux. Chaque filière et formation détermine ainsi ses « attendus », qu’il s’agisse d’une bonne expression écrite et orale, d’une aptitude à la logique, d’un intérêt pour la démarche scientifique ou encore d’un bon niveau dans une langue étrangère par exemple.

Aussi est-il recommandé de se faire accompagner et conseiller par un coach, à même d’évaluer en direct le potentiel du candidat, ses forces et faiblesses et l’avantage concurrentiel qu’il peut (ou non) avoir en postulant sur telle ou telle formation.

Quelques exemples d’attendus :

1. Attendus STAPS

La licence mention STAPS (Sciences et techniques des activités physiques et sportives) comptant parmi les licences les plus demandées, il est ainsi apparu nécessaire de départager les candidatures en retenant en priorité les profils correspondant aux attendus.

Cette technique devrait entre autres permettre de renoncer au tirage au sort, mais également de recruter des profils mieux adaptés à la réalité de la formation.

Des compétences requises souvent mé- ou mal connues

En effet, force a été de constater sur les récentes années que les candidats reçus ignoraient pour un certain nombre d’entre eux que la licence de STAPS supposait, en plus de compétences sportives diversifiées un intérêt réel pour les matières scientifiques ainsi qu’une aisance rédactionnelle confirmée et une grande capacité de synthèse et d’argumentation.

Une attention particulière portée sur les qualités humaines

Enfin, le futur professionnel étant destiné à être responsable de la sécurité du public qui lui est confié, un intérêt pour l’exercice de fonctions d’animation, d’encadrement, de responsabilités collectives, associatives ou citoyennes est fortement apprécié.

2. Attendus PACES

De même, la première année commune aux études de santé (PACES) – voie d’entrée d’un parcours en médecine notamment – est elle aussi une filière particulièrement prisée. Pour l’intégrer, ces derniers devront désormais également justifier d’un certain nombre de compétences.

Un bon bagage scientifique et la maîtrise d’une langue étrangère

Par exemple, posséder un bagage scientifique solide devient quasiment obligatoire. Cela suppose une capacité d’analyse et de raisonnement certaine, une aptitude à l’abstraction et à la modélisation et une parfaite maitrise des compétences classiques et expérimentales en Physique, Chimie, Sciences de la vie et de la terre et Mathématiques.

Sont également valorisées les compétences en communication et la maitrise relative d’au moins une langue étrangère.

Une grande capacité d’investissement personnel et des qualités humaines indéniables

Les recruteurs évalueront aussi la capacité des candidats à fournir une très importante quantité de travail personnel, à apprendre et à s’organiser. L’investissement personnel, la ténacité et l’endurance sont également des qualités regardées ; de même que les qualités humaines, d’empathie, de bienveillance et d’écoute.

3. Attendus en Droit

Parmi les filières saturées, les formations en droit sont particulièrement bien représentées. Aussi, le système des attendus y prend tout son sens et les exigences sont multiples.

Une grande maîtrise de l’art oratoire et des raisonnements conceptuels

Il est attendu avant tout des candidats d’incontestables qualités oratoires et rédactionnelles, et une maîtrise de la langue française pointue.

Une bonne compréhension des textes juridiques, une forte capacité de synthèse et des aptitudes au raisonnement et à la mise en perspective critique sont également indispensables.

Parallèlement est également recherchée une certaine capacité d’abstraction, de logique formelle et de déduction.

Une grande force de travail et de la culture générale

En outre, la capacité à travailler de façon autonome et à organiser son travail est essentielle dans la filière juridique, où l’encadrement est souple et les enseignements obligatoires peu nombreux.

La curiosité intellectuelle est également un atout dans la mesure où le droit n’a de sens qu’en tenant compte des réalités humaines, sociales et politiques auxquelles il s’applique.

La maitrise d’au moins une langue vivante étrangère est favorisée, d’autant qu’au cours du cursus l’étudiant sera amené à comparer les différents systèmes juridiques d’Europe, voire du monde, ce qui implique une capacité à lire et comprendre les documents en langue étrangère.

Un test obligatoire

Enfin, le suivi du module « Découverte du droit » est une condition de recevabilité du dossier imposée dans le cadrage national car cet outil pédagogique permet de mesurer l’adéquation du profil du candidat à la formation.