Partager

Se former aux métiers du numérique et de l’informatique en Bretagne

De La Rédaction, publié le 10/02/2018

Plus de 20 000 professionnels travaillent dans le secteur du numérique (informatique et télécommunications) en Bretagne. Quels que soient les secteurs d’activité (entreprises, administrations, hôpitaux, industries), la grande majorité des acteurs de l’économie en Bretagne a conscience du défi digital et s’est engagée résolument dans la mutation numérique.

Cette dynamique bretonne s’accompagne d’une offre abondante et variée de formations aux métiers du web et de l’informatique, offre qui d’ailleurs est amplement reconnue pour sa qualité puisqu’elle contribue à l’excellente réputation et au rayonnement de la région, en France comme en Europe. Petit tour d’horizon par type de diplôme.

Où passer un Bac pro en Bretagne ?

Les étudiants qui se destinent aux métiers de l’électricité et de ses environnements connectés peuvent s’orienter vers la ville de Plérin (22) qui propose une formation d’un an en apprentissage pour les titulaires d’un niveau bac ou équivalent.

S’ils veulent se rapprocher de Rennes (35), ils peuvent également envisager une formation en systèmes numériques option C Réseaux informatiques et systèmes communicants. Cette formation est dispensée à Bruz en apprentissage (2 ans), et à Rennes en formation temps plein (1 an).

Futur Bachelier ? Tout savoir sur PARCOURSUP !

Et pour aller plus loin : comment l’utiliser en perdant le moins de temps possible !

Quel établissement pour un BTS en Bretagne ?

L’offre bretonne recouvre tout l’éventail des secteurs et métiers du numérique. Ainsi pour effectuer l’un des 4 types de BTS suivants, l’étudiant aura l’embarras du choix en termes d’établissement d’accueil (public, privé, privé hors contrat ou consulaire) et d’emplacement géographique :

  • un BTS Services informatiques aux organisations (SIO) option A Solutions d’infrastructure, systèmes et réseaux
  • un BTS Services informatiques aux organisations (SIO) option B Solutions logicielles et applications métiers
  • un BTS Systèmes numériques (SN) option A Informatique et réseau
  • un BTS Systèmes numériques (SN) option B Électronique et communications,

S’il opte pour un lycée public, il peut postuler dans :

  • les Côtes d’Armor (22) : Lycée Félix Le Dantec de Lannion, Lycée Rabelais ou Lycée Chaptal de Saint-Brieuc
  • l’Ile et Vilaine (35) : Lycée Victor et Hélène Basch ou Lycée de Bréquigny de Rennes, Lycée Maupertuis de Saint-Malo
  • le Finistère (29) : Lycée technologique Jean Chaptal de Quimper ou Lycée et SEP Vauban de Brest
  • le Morbihan (56) : Lycée Alain René Lesage de Vannes

S’il favorise les autres types d’établissements (privés, hors contrat, consulaires), il peut prospecter dans :

  • l’Ile et Vilaine (35) : Lycée Saint-Sauveur de Redon, Lycée de la Salle de Rennes, ou AFTEC Rennes
  • le Finistère (29) : Lycée Estran Charles de Foucauld ou Lycée La Croix Rouge de Brest, Lycée Saint-Louis de Châteaulin
  • le Morbihan (56) : Lycée Notre-Dame de la Paix à Ploemeur

Enfin pour une formation en apprentissage, le Centre de formation d’apprentis CFAI de Bruz (35) est recommandé.

Pour en savoir plus sur les formations liées à l’informatique, retrouvez toutes nos pistes sur ce lien !

Où décrocher son DUT en Bretagne ?

S’il se destine plus spécifiquement à l’industrie, l’étudiant peut envisager les DUT suivants :

  • DUT Génie électrique et informatique industrielle, qu’il pourra suivre à Brest (29) en formation temps plein ou apprentissage, ou à Rennes (35) en temps plein
  • DUT Génie industriel et maintenance, proposé par Saint-Malo (35) et Lorient (56) en formation temps plein ou apprentissage
  • DUT Qualité, logistique industrielle et organisation à Lorient (56) en formation temps plein ou apprentissage
  • DUT Mesures physiques à Lannion (22) en formation temps plein

Si tous les secteurs d’activité l’intéressent, il peut aussi choisir des formations plus générales :

  • DUT Informatique proposé par Lannion (22) par Vannes (56) aussi bien en formation temps plein qu’en apprentissage
  • DUT Réseaux et télécommunications de Lannion (22) ou Saint-Malo (35) en formation temps plein ou apprentissage
  • DUT Statistique et informatique décisionnelle de Vannes (56) en formation temps plein

LISEZ AUSSI NOS FICHES MÉTIERS :

Travailler dans le web : oui mais comment ?

Travailler dans l’informatique : les métiers

Passer sa Licence en Bretagne ?

3 programmes de formation sont proposés en licence universitaire :

1. Un programme « Électronique, énergie électrique, automatique » 

Dispensé uniquement à l’ISTIC de l’Université Rennes 1.

2. Un programme « Informatique »

Le contenu dépend de l’orientation de l’université :

– L’Université de Bretagne occidentale à Brest (29) propose des cours relatifs aux fondements et applications informatiques, à l’ingénierie information, à la conception et au développement d’applications et est tourné vers l’international.

– L’ISTIC de l’Université Rennes 1 (35) quant à lui dispense des enseignements relatifs à l’informatique générale, aux méthodes informatiques appliquées à la gestion (MIAGE), à la science informatique et aux technologies de l’information.

– L’Université de Bretagne-Sud de Vannes (56) offre plusieurs parcours possibles : un parcours MIS (mathématiques, informatique et statistique), un parcours informatique, un master en ingénierie, et un CUPGE mathématiques, informatique et statistique. Elle prépare également aux métiers de l’enseignement.

3. Un programme « Mathématiques et informatiques appliquées aux sciences humaines et sociales »

On trouve dans 3 universités :

  • L’Université de Bretagne occidentale à Brest (29) dont les parcours recouvrent les mathématiques, l’économie, et les mathématiques financières
  • L’Université Rennes 1 (35) propose un parcours orienté vers l’économie
  • L’Université Rennes 2 (35) quant à elle traite des sciences humaines et sociales

Les Licences pro en Bretagne ou l’embarras du choix 

L’Université de Rennes 1 (35) propose des parcours variés

  • concernant la domotique (services et produits pour l’habitat SPH)
  • concernant les métiers de l’électricité et de l’énergie : elle forme au métier d’assistant et conseille technique en énergie électrique et renouvelable (ACTEER)
  • concernant les métiers de l’électronique, notamment dans le secteur des transports et de l’automobile
  • concernant les métiers de l’industrie avec 2 parcours possibles : ISAR (mécatronique, ingénierie des systèmes automatisés et robotique) ou PASTEL (production automatisée des systèmes électroniques)

L’IUT de Lannion (22), qui relève de l’Université de Rennes 1 forme ses étudiants aux  métiers de l’informatique dans les domaines :

  • de l’administration et de la sécurité des systèmes et réseaux, avec un parcours AGSRI (administration et gestion des systèmes et réseaux informatique) et un parcours ISVD (intégration des systèmes voix et données)
  • des applications web avec un parcours orienté vers le développement d’applications web et mobiles 
  • de la conduite de projet en formant au management de projet informatique et commercial (MIC)

L’Université de Bretagne-Sud (56) axe ses licences vers les domaines suivants :

  • Maintenance et technologie avec un programme relatif à l’ingénierie et la maintenance des systèmes automatisés à Lorient
  • Métiers de l’électronique avec un cursus orienté cyber-sécurité des systèmes embarqués à Lorient
  • Métiers de l’informatique dans le domaine de la sécurité des systèmes d’information à Vannes
  • Métiers du décisionnel et de la statistique, dans les domaines du marketing et de la santé à Vannes

L’Université de Bretagne Occidentale à Brest (29) prépare :

  • aux métiers de l’électricité et de l’énergie 
  • aux métiers de l’électronique, avec un accent fort porté sur les systèmes d’électronique marine embarqués
  • au domaine des systèmes automatisés, des réseaux et de l’informatique industrielle

Le Campus ESPRIT Industries de Redon (35), qui est un établissement privé hors contrat, prépare quant à lui aux métiers de l’industrie, et dispense des enseignements en mécatronique et robotique.

Quelle école d’ingénieur et pour qui ?

Pour les bacheliers-postulants, il est possible de tenter :

  1. l’ECAM Rennes – Louis de Broglie, à Bruz (35)
  2. l’ENIB de Plouzané (29)
  3. l’ENSIBS de Lorient (56) spécialisée dans la mécatronique, ou de Vannes (56) spécialisée dans l’informatique
  4. l’ICAM Bretagne (56) spécialité mécanique et automatique
  5. l’INSA Rennes (35) spécialités : génie mécanique et automatique ; informatique ; systèmes et réseaux de communication ou électronique et informatique industrielle
  6. l’ISEN de Brest (29) qui propose plusieurs orientations possibles : développement logiciel et big data ; énergie et environnement ; réseaux communications mobiles et objets connectés ; robotique et drones ; systèmes embarqués ou encore technologies médicales de santé

Pour les titulaires d’un diplôme de niveau Bac+2, les écoles ouvertes sont :

  1. l’ENSIBS de Vannes (56) qui vous formera à la cyberdéfense
  2. l’ENSSAT de Lannion (22), spécialisée en électronique, informatique, photonique, multimédia et réseaux
  3. l’ENSTA Bretagne de Brest (29) qui propose comme options notamment : architecture des véhicules et modélisation ; architecture navale et ingénierie offshore, hydrographie-océanographie ; systèmes pyrotechniques 
  4. l’École navale de Brest (29) dans les domaines de l’acoustique sous-marine, du génie énergétique et maritime
  5. Centrale Supélec Campus Rennes de Cesson-Sévigné (35) avec 3 majeures : l’ingénierie des systèmes automatisés (ISA), les systèmes d’information sécurisés (SIS), les systèmes électroniques, réseaux et images (SERI)
  6. l’ESIR de Rennes (35), spécialisé dans les technologies de l’information
  7. l’INSA Rennes (35) ou l’ISEN de Brest (29) en électronique et informatique industrielle
  8. l’IMT de Brest (29) ou l’IMT Atlantique de Cesson-Sévigné (35) qui forment à l’ingénierie et intégration des systèmes ; aux systèmes de traitement de l’information ; aux systèmes logiciels et réseaux ; et aux télécommunications

Les formations très prisées des établissements privés hors contrat 

Le cas de SUPINFO à Cesson-Sévigné (35) 

SUPINFO propose un cursus en 5 ans conduisant à un Certificat de niveau 1 (équivalent à un Bac+5 et plus). Si les frais de scolarité s’élevant au total su la période à 30 500 euros (données 2017-2018), l’école recrute aussi bien en 1e, 2e et 3e année sur la base d’un entretien et de l’étude de dossier respectivement du Bachelier, du titulaire d’un Bac+1 ou du titulaire d’un Bac+2. 

A sa sortie, le diplômé est reconnu Expert en informatique et systèmes d’information.

Le cas de EPITECH à Rennes (35)

L’école offre une formation en 5 ans, à l’issue de laquelle l’étudiant obtient un Certificat de niveau 1. En 2017-2018, les frais de scolarité en 1e et 2e année sont équivalents à 6 200 euros par an ; à partir de la 3e année, le coût plafonne à 8 100 euros annuels.

L’admission en 1e année suppose l’examen du Dossier du bachelier, la réussite des tests d’anglais et de logique organisés par l’école ainsi qu’un entretien de motivation. Pour entrer directement en 2e année, l’étudiant en plus de se soumettre aux mêmes conditions, doit détenir un diplôme de niveau Bac+2.

A sa sortie, le diplômé peut exercer en tant qu’Expert en technologies de l’information.

Les formations en apprentissage

Le bachelier qui souhaite devenir Officier chef de quart machine ou chef mécanicien 8000 kW peut tenter le concours de l’ENSM de Saint-Malo (35) et suivre la formation d’une durée de 3 ans pour obtenir son certificat de niveau 2 (Bac+3 et 4) et directement exercer sa profession.

Le futur Responsable de chantier en installation électrique (CESI) aura pour cela candidaté au CFA de la CCI métropolitaine Bretagne Ouest de Brest (29) et décroché au bout de 2 ans son certificat de niveau 3 (Bac+2).

Les titulaires d’un Bac ou équivalent peuvent également s’orienter vers les métiers de Technicien services de la maison connectée, de Technicien services de l’électrodomestique connecté ou de Vendeur de l’électrodomestique et du multimédia auxquels prépare la CFA de la chambre de métiers et de l’artisanat d’Ille et Vilaine à Bruz (35). La formation dure 1 an et est validée par l’attribution d’un certificat niveau 4 (Bac ou équivalent).

Celui qui détient un diplôme niveau Bac+2 en informatique peut prétendre au poste d’Administrateur systèmes, réseaux et sécurité à la sortie de sa formation de 15 mois au CFAI de Bruz (35) et de sa certification niveau 2 (Bac+3 et 4).

Pour devenir Chef de projet en marketing Internet et conception de site, le titulaire d’un Bac+2 peut aussi opter pour une formation temps plein de 9 mois à la Faculté des métiers de la CCI d’Ille et Vilaine à Bruz (35), qui permet – moyennant également le règlement de frais de scolarité – d’obtenir un certification niveau 2 (Bac+3 et 4).

Enfin, le métier de Concepteur de systèmes d’information est accessible aux titulaires d’un Bac+2 informatique ayant par la suite été, à l’issue d’un an de formation, certifié niveau 2 (Bac+3 et 4) au CFA de la CCI du Morbihan à Lorient (56).

Et pour les personnes éloignées de l’emploi ou en reconversion ?

Un accès aux formations facilité pour les demandeurs d’emploi et les salariés

Le Conseil régional de Bretagne, l’Etat, Pôle emploi, les OPCA et le Fongecif financent en outre des formations qualifiantes et certifiantes (titre professionnel, CQP…) pour les demandeurs d’emploi et les salariés. Le plus souvent rythmées par des périodes de stage, elles peuvent aussi s’effectuer en alternance (contrat de professionnalisation…).

Exemples de certifications professionnelles :

Titre professionnel de Technicien réseaux et télécommunications d’entreprise – Niveau Bac : Le stagiaire apprend à intervenir sur les systèmes de réseaux informatiques, de communication et de télécommunications de l’entreprise, c’est-à-dire à s’assurer du bon fonctionnement des équipements le cas échéant résoudre le problème technique identifié.

Titre professionnel Concepteur-développeur informatique – Niveau Bac +3 : Le futur professionnel sera chargé de la conception et eu développement d’applications informatiques. La formation permet donc d’acquérir des compétences en développement d’interfaces, en création et gestion des bases de données et en conception d’applications.

Chargé d’affaires en hautes technologies – Niveau Bac +3 : Ce métier consiste à vendre et négocier des produits/services et/ou prestations de conseil en hautes technologies (informatique, télécoms, ingénierie…). À ce titre, le candidat est formé à l’analyse d’un portefeuille de clients, l’identification de leurs besoins et la présentation de solutions techniques…

Les Fabriques du numérique de Rennes

Depuis 2016, Rennes compte plus de 8 formations labellisées Grande école du numérique (GEN) et se situe ainsi à la 6e position au plan national. Ces formations s’adressent plus particulièrement à un public composé de personnes sans qualification à la recherche d’un emploi ou en reconversion professionnelle, et souhaitant s’initier aux métiers du numérique.

Ces formations courtes et professionnalisantes sont délivrées dans  les 6 Fabriques du numérique rennaises :

  • L’IMIE de Rennes qui prépare aux métiers de Technicien Help Desk, de Technicien réseau et de Développeur logiciel
  • L’Université Rennes 2 qui dispense une formation relative à l’usage socio-éducatif des TIC
  • La fondation FACE qui propose dans sa Code Académie une formation au métier de Développeur Web
  • L’Université Rennes 1 qui a créé son Fablab School Mobilité
  • Cisco Systems France et son programme Cisco Networking academy
  • La Faculté des métiers de la CCI de Rennes qui forme quant à elle au métier de Technicien intégrateur.